Water Lilies

Nénuphars

1906 Claude Monet Format original : 89.9 × 94.1 cm © The Art Institute of Chicago

Claude Monet : Nénuphars
Voir l'image originale HD

« Un instant, un aspect de la nature contient tout », disait Claude Monet, en référence à ses derniers chefs-d'œuvre, les paysages aquatiques qu'il réalisa chez lui à Giverny entre 1897 et sa mort en 1926. Ces œuvres remplaçaient les sujets contemporains variés qu'il avait peint des années 1870 aux années 1890 avec un seul motif intemporel : les nénuphars. Le point central de ces peintures était le jardin de fleurs bien-aimé de l'artiste, qui comportait un jardin d'eau et un petit étang enjambé par une passerelle japonaise. Dans sa première série de nénuphars (1897-1899), Monet peint l'environnement de l'étang, avec ses plantes, son pont et ses arbres soigneusement divisés par un horizon fixe. Au fil du temps, l'artiste s'intéresse de moins en moins à l'espace pictural conventionnel. Au moment où il peint Water Lilies, qui vient de son troisième groupe de ces œuvres, il avait complètement renoncé à la ligne d'horizon. Dans cette toile spatialement ambiguë, l'artiste a regardé vers le bas, se concentrant uniquement sur la surface de l'étang, avec son amas de végétation flottant au milieu du reflet du ciel et des arbres. Monet a ainsi créé l'image d'une surface horizontale sur une verticale.

Voir la page de 'Water Lilies' de Claude Monet sur le site The Art Institute of Chicago